Du mesurage manuel au mesurage automatisé : comment choisir la bonne station totale ?

03.06.23

Partager sur

Du mesurage manuel au mesurage automatisé : comment choisir la bonne station totale ?

Imaginons ceci : un nouveau projet se profile à l’horizon, pour lequel vous avez évidemment besoin du bon équipement. Mais quels sont les appareils les mieux adaptés pour répondre aux exigences spécifiques inhérentes à ce projet ? Et ce choix a-t-il de l’importance selon que vous êtes actif dans la construction de voiries, le bâtiment, l’arpentage, l’aménagement intérieur et la menuiserie ou les travaux de terrassement ? Voilà le type de problématiques que Topolaser, en tant qu’ambassadeur de Leica Geosystems, résout avec savoir et savoir-faire depuis plus de trois décennies déjà.

 

Exactitude mais aussi et certainement rapidité

 

Depuis bien plus de 30 ans, il s’agit non seulement de mesurer correctement, mais aussi, et surtout rapidement. Un appareil de mesure suffisamment rapide pour boucler un projet dans les délais impartis et capable de vous fournir la fiabilité de mesure prédéterminée est donc on ne peut plus précieux. Exposons donc les trois éléments à prendre en compte pour prendre une décision avisée.

 

1. Conventionnel ou automatisé ?

La première question est de savoir si vous avez besoin d’une station totale manuelle ou si une station robotisée peut vous être utile. Toutes deux sont des outils polyvalents qui permettent de mesurer des objets ou de cartographier des structures par triangulation. Mais quel est le facteur distinctif ? La productivité !

Une station robotisée génère une forte augmentation de la productivité en automatisant le processus de mesurage, et ce en premier lieu grâce à la rapidité du processus. De plus, ces dispositifs augmentent la précision et la qualité des mesures, en éliminant les erreurs humaines liées à la localisation manuelle des objets. Last but not least, elles offrent la possibilité de procéder au traçage des mesures avec un seul opérateur. En résumé ? Plus de productivité !

L’investissement a évidemment un certain prix, et il est donc bon de se poser quelques questions :
 

  • Quelle est la précision exigée par les projets dont je suis chargé ?
  • Combien de points par jour dois-je pouvoir enregistrer ?
  • Quel est le délai de réception de la plupart de mes projets ?
  • Combien de personnes suis-je à même d’impliquer par projet ?
  • Compte tenu de la plupart de mes projets, quelles applications l’appareil doit-il pouvoir couvrir ?
  • Faut-il un logiciel de bureau pour l’analyse et le rapportage des données ?

Enfin vient la question la plus importante, mais aussi la plus difficile :
 

  • Combien suis-je prêt à investir dans une solution répondant à mes besoins ?

Si vos réponses indiquent une charge de travail fixe, avec de nombreux projets à délai de réalisation critique, où la gestion des données implique un travail considérable, des projets que vous devez souvent mener à bien avec un personnel limité, alors une station robotisée est le seul choix adéquat.

 

2. Y aller à fond tout de suite ou évoluer progressivement ?


Des doutes persistent ? Il est alors bon de savoir que vous disposez d’options pour évoluer. Car même les toutes dernières générations de stations totales manuelles sont dotées de fonctions permettant de rendre le mesurage et le traçage plus fluides, plus rapides et plus efficaces. Pensez à la fonction AutoHeight (qui permet de régler la hauteur d’une simple pression sur un bouton) et, bien sûr, au logiciel intuitif. Dans cette optique, même une station totale moderne, mais manuelle, représente un énorme progrès par rapport aux méthodes de mesure analogiques au mètre à ruban ou au fil à plomb.

Les stations totales manuelles Leica telles que l’iCON iCB50 ou l’iCB70, sont ainsi conçues pour faire face aux conditions exigeantes d’une utilisation quotidienne. L’appareil permet parfaitement de gérer ou d’adapter facilement des flux de travail mais vous avez aussi déjà un aperçu des possibilités offertes par les stations robotisées. En effet, comme le suggère le préfixe iCON, ces types d’appareils bénéficient également de la même extension virtuelle avec le logiciel iCON Field que leurs homologues robotisés.

 

3. Investissement temporaire ou définitif ?


Quelle qu’en soit la nature, l’achat d’un équipement parfaitement adapté aux besoins de votre entreprise peut être une décision coûteuse. Il est donc essentiel de réfléchir au type de projets que vous réalisez actuellement le plus souvent, et de vous demander s’il en ira toujours ainsi à l’avenir. Il se peut que vous souhaitiez évoluer vers un autre type d’activité, ou que vous rêviez d’un autre changement de cap, ce qui fera également évoluer vos besoins.

 

Une bonne manière de s’assurer que votre station totale suivra le rythme du potentiel de croissance de votre entreprise est d’investir dans un appareil qui peut être mis à niveau et, si nécessaire, peut être adapté à vos besoins, comme le Leica iCON iCT30. Bien sûr, rien ne vous empêche d’opter pour des appareils haut de gamme comme l’iCR70 ou l’iCR80 !

 

Des questions ou des doutes ? Les spécialistes de Topolaser pourront sans aucun doute vous éclairer !